Et si on se posait les bonnes questions ?

La plupart des personnes instruites, même au minimum, qui se lancent en entreprise gardent en tête la possibilité que les choses ne se passent pas bien. Et donc en des moments difficiles, beaucoup réussissent à garder espoir parce qu’ils se disent avec raison que les difficultés et les orages font partie du processus entrepreneurial. Seulement, quand les difficultés finissent par s’éterniser, peu osent se poser les bonnes questions.

De fait, lorsque l’on demande à un entrepreneur les raisons de ses difficultés au début, il répond avec optimisme que c’est normal et que ca va aller. Mais lorsque les difficultés persistent et s’éternisent, la frustration s’incruste dans les réponses.

A qui la faute ?

La faute à l’environnement.

  • A ce pays où on ne facilite pas la vie aux créateurs d’entreprises.
  • A ces personnes qui ne comprennent rien au business qu’on déroule.
  • A ces fournisseurs toujours en retard
  • A ces produits de mauvaise qualité que livrent les fournisseurs
  • A l’électricité qui se coupe toute le temps
  • A Internet qui est trop lent
  • A ce climat qui change trop brusquement
  • Au sous développement de ce pays
  • Au niveau d’éducation trop faible
  • A ces mécanismes de financement insensibles

Et si on regarde bien, ca crève les yeux ces responsables qui nous enfonce

  • Ce collaborateur qui ne comprend pas la vision, ni les enjeux
  • Ce jeune employé qui veut trop vite tout gagner et tout de suite
  • Ce collaborateur qui s’amuse plus qu’il ne travaille
  • Ce travailleur qui n’arrive pas à comprendre ce qu’il doit faire et qui est si incompétent
  • Celui là qui ne prend pas au sérieux son travail
  • Toutes ces personnes qui nous laissent pratiquement seuls porter l’essentiel de ce qu’il y’a à faire

Les raisons de l’échec sont donc si évidentes…Pour ceux qui ne se posent pas les bonnes questions.

Parce que toutes ces réponses là, sont souvent des réponses qui servent plus à nous masquer à nous même les vrais problèmes et donc ne nous permettent pas d’apporter les vrais solutions.

Il y’a une question…la plus importante…qu’il faut toujours se poser quand les problèmes commencent à s’éterniser:

QU’EST CE QUE J’AI MAL FAIT ?

Et accompagner cette question des variantes qui vont avec :

Qu’est ce que je n’ai pas fais que je devais faire ?

Qu’est ce que j’aurais pu mieux faire ?

Et pourquoi ?

Si les réponses et les pourquoi nous renvoient aux autres comme responsables…c’est que probablement on est sur le mauvais chemin et qu’il faut faire marche arrière quelque part…

3 Comments
  • Marina
    mars 15, 2012

    Il est vrai que cette article date d’il y a longtemps mais je vais revenir dessus parce qu’il est assez intéressant. Beaucoup de personnes se mettent en tête avant le début du montage d’un projet d’entreprise que celui-ci mettra forcement des années (voir 2 à 3) avant de prendre véritablement son envol. Est-ce toujours le chemin absolu? Que faire pour que son entreprise ait des résultats dans des délais raisonnables?

    • Paul Armand MENYE
      mars 15, 2012

      Bonjour Marina,
      En réalité, la plupart des gens veulent obtenir des résultats très rapidement et même s’ils ont quelque part à l’esprit deux à trois ans, en réalité leurs actes sont orientés vers le tout de suite.
      En réalité le temps dans une entreprise dépend du type d’entreprise. Pour les start-up du domaine des TIC, moins de deux ans est parfois suffisants. Mais pour la plupart des autres entreprises, il faut compter un minimum de 03 ans pour savoir ce qu’on vaut vraiment ou pas.
      Je vais préparer un article sur ce sujet et le poster pour aller plus loin dans cette analyse.
      Paul Armand

      • Marina
        mars 15, 2012

        Merci Paul Armand.
        Je reste en attente dudit article.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :