Business sur Internet : Les cinq fondamentaux pour se lancer

Il y a au minimum 05 conditions qui peuvent permettre de développer un business efficace et rentable sur Internet. Aujourd’hui, ces 05 préalables sont heureusement accessibles dans la plupart des pays africains. Faisons-en un parcours. Nous ne reviendrons par sur les préalables élémentaires

  • Savoir taper sur un ordinateur
  • Savoir naviguer sur Internet
  • Avoir une adresse électronique
  • Etc.

Nous nous basons sur les acquis actuels du développement d’Internet en Afrique qui supposent que ces premiers préalables ne sont plus des problèmes dans presque toute l’Afrique scolarisée en milieu urbain.
Avoir accès à une connexion Internet
C’est bien évidemment la première condition essentielle. Pour faire des affaires sur Internet, vous devez pouvoir avoir accès à une connexion sur Internet. Aujourd’hui, plusieurs possibilités sont ouvertes.

  • Le cyber café, la voie la plus simple et la plus accessible. C’est aussi celle que je vous déconseille le plus. A n’utiliser que si vous n’avez pas d’autres solutions. En tout cas, c’est la voie la plus facile puisque la plus disponible dans la plupart de nos pays
  • La connexion par fibre optique ou ADSL. Elle demande en général une ligne de téléphone fixe, mais c’est la meilleure en termes de qualité. Dans certains pays, avoir un téléphone fixe est facile, dans d’autres ça l’est moins. Je vous recommande en tout cas autant que possible, de ne pas hésiter à vous en procurer. L’internet de l’avenir passe par le téléphone fixe pour le moment.
  • La connexion par wireless. C’est le mode de connexion à domicile le plus utilisé dans certains pays, plusieurs opérateurs pouvant offrir par ce moyen des bandes passantes à des prix plutôt intéressants. Il me semble qu’en compranat les moyennes, c’est ce type de service qui est le pus développé en Afrique. Rassurez-vous de la qualité des fournisseurs d’accès avant de vous y engager.
  • La connexion par 3G. Essentiellement offert par les opérateurs de mobile, ce service vous donne accès à Internet par le biais d’un périphérique ou d’un support 3G (clé, modem 3G, téléphone 3G). Dans les pays où le wireless est peu développé, la plupart des gens se rabattent sur ce mode de connexion. Personnellement, j’ai utilisé ce mode de connexion  dans près de 05 pays africain avec beaucoup d’insatisfaction à cause de la lenteur des connexions. Mais on peut se débrouiller avec pour parler comme des amis.

De toutes les façons, essayez d’avoir votre propre connexion internet. Choisissez le moyen qui est à la disposition de vos moyens et vous pourrez toujours aller vers autre chose plus tard.
Avoir un moyen de paiement
C’était une question difficile pour beaucoup jusqu’à une certaine date. Mais les choses ont beaucoup évolué. Il y’a encore beaucoup de personnes qui hésitent à utiliser leur carte bancaire pour effectuer des achats ou faire des transactions online, mais c’est définitivement possible aujourd’hui dans la plupart des pays. Il y’a deux grandes voies :

  • Les cartes bancaires de votre compte en banque : Il y a de plus en plus de banques qui vous délivrent des cartes bancaires internationales. En fait, il y en a peu qui ne le font pas. Vous pouvez donc les utiliser pour payer ou faire payer en ligne.
  • Les cartes pré-payées. Il y en a de plusieurs sortes (visa, master, etc.). elles sont délivrées par certaines institutions bancaires ou par des revendeurs. Généralement à ces cartes sont rattachés des comptes online et vous pouvez recharger les cartes dans des points de recharge indiqués par les vendeurs et revendeurs.

Avec ces deux voies, vous pouvez organiser le paiement sous plusieurs formes

  • Paiement par carte bancaire
  • Paiement par virement
  • Paiement par des moyens sécurisés de paiement online (paypal, ebooker, paycash, etc.)
  • Et depuis peu, les paiements par téléphone (qui vont prendre du poids avec l’envahissement des smartphones)

Presque tout ceci est accessible en Afrique. Paypal reste la référence en la matière et son service est disponible dans la plupart des pays africains. Vous pourrez ensuite récupérer les paiements soit en faisant un retrait avec votre carte, soit dans votre compte en banque.
Avoir un produit ou un service livrable
Qu’est-ce que vous pouvez offrir sur Internet ? On verra quelques cas réussis dans le troisième article. En attendant, il est simplement important de savoir que pour faire des affaires sur Internet, il faut pouvoir apporter quelque chose. Produits ou services. Ce sera soit votre production personnelle, soit de la revente dans tous les cas, soit même vous-mêmes. Nous en reparlons plus tard.

une chose quand même importante. Évitez de proposer ce que vous n’avez pas sous le prétexte que vous allez le chercher dès que le client paie. C’est quelque chose qui marche bien ailleurs…et qui peut marcher si vos clients sont des connaissances à vous. Mais si vous avez une grande audience, vous allez vite vous retrouver dans des problèmes. Une marchandise promise sera bloquée à la douane par exemple, créant toutes sortes de désagréments…un site web sera géré par votre petit frère et le temps que vous découvrez la catastrophe, vous n’avez plus que vos larmes pour pleurer…Rien ne sert de courir, il faut arriver à point.
Avoir un système sécurisé de livraison du produit ou du service
Pour les services, le problème de livraison ne se pose souvent pas. Il en est de même pour les produits onlines comme les logiciels ou les Ebook.
Pour les produits physiques, c’est un peu plus complexe. Dans beaucoup de pays africains en effet, la poste est peu développée.
On peut cependant miser sur :

  • La livraison dans une centrale d’achat ou de vente. Un point est indiqué au client où il peut passer chercher son produit. On peut répéter de tels points à l’intérieur d’une même ville ou dans plusieurs villes.
  • La livraison par des services spécialisés de livraison qui sans être la poste, peuvent aider à la distribution de vos produits. L’idéal est d’avoir un contrat bien pensé avec eux (sur un volume de transaction mensuelle par exemple plutôt que par transaction).
  • La livraison à domicile au travers de distributeurs équipés par exemple de vélos, de motos ou au travers d’un véhicule de distribution. Les coûts en carburant et chauffeur pourraient être moins élevés que d’utiliser les services d’un prestataire de distribution.
  • J’ai vu un mode de livraison intéressant en Europe pour les ventes entre particuliers (c’est la livraison en mains propres). Ce système me semble délicat à contrôler pour certains business tandis que pour d’autres, c’est quelque chose qui peut être essayé. Je connais une expérience au Burkina Faso qui marche sur les roulettes avec cette méthode même si les protagonistes sont soigneusement triés sur le tas et qu’il ne s’agit pas d’un business en tant que tel structuré et organisé.

On peut même combiner plusieurs modes de livraison pour plus d’efficacité.
Avoir une bonne stratégie de promotion
Le business online n’est efficace que si les gens sont informés, s’ils savent que quelque chose est offert online. Il y a donc tout un travail à faire pour amener les gens en contact avec son business

  • Le bouche à oreille reste la première démarche
  • On peut aussi utiliser la diffusion par mailing list qui est plutôt très efficace dans certains pays
  • Il y’a bien sûr les classiques Google et surtout Facebook qui existent. La création des pages Facebook et notamment des pages publicitaires commence à connaître un vrai bond en Afrique et c’est l’occasion de s’engouffrer dans cette opportunité. N’hésitez pas dans ces cas à faire de la publicité payante. Les coûts sont en général faibles et il ne faut pas avoir peur de faire les choses normalement.
  • Il y’a enfin les réseaux sociaux et groupes locaux. Certains pays ont des réseaux sociaux fonctionnels comme en Afrique du Sud, au Cameroun, en Côte d’Ivoire pour ne prendre que ces cas. Même pour certains de ces exemples, l’audience est limitée, c’est toujours intéressant d’exploiter ces pistes.

Nous allons voir quelques success stories et comment elles remplissent ces préalables dans les prochains articles.

4 Comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :