Persévérer dans l’adversité

Je discutais ce matin avec une connaissance de certains projets d’entreprises qui se sont arrêtés. Spécifiquement, nous parlions d’une jeune dame qui avait un super business, mais qui n’a pas pu aller vers des solutions innovantes pour régler le problème de l’obstruction de son marché…parce qu’elle avait une contrainte de manger chaque jour. Elle ne pouvait pas aller plus loin parce qu’elle avait comme contrainte immédiate, de trouver de l’argent pour ses besoins quotidiens et immédiats. Elle a fermé les portes de son entreprise pour aller chercher du boulot quelque part où elle avait au moins un salaire capable de régler son problème immédiat.
Ceci n’est malheureusement pas une réalité isolée. J’ai rencontré tant de fois et dans tellement de pays différents en Afrique des entrepreneurs qui étaient obligés de réduire au minimum leurs marges de manœuvres, non pas pour des raisons stratégiques, mais parce que leur quotidien leur rattrapait. J’en ai même rencontré qui avaient de très bons plans d’affaires qu’ils ont commencé à suivre rigoureusement, mais qu’ils se sont retrouvés obligés de jeter aux ornières parce qu’un enfant non prévu était arrivé, une situation de loyer nouvelle s’était imposée, une maladie inattendue s’était déclenchée, etc.
Ce sont hélas des réalités bien tristes qui constituent de lourds fardeaux pour beaucoup d’entrepreneurs. D’ailleurs on les observe même dans la gestion de carrières. J’ai écouté un jour une jeune fille qui me semblait pleine d’ambitions refuser un travail dans une institution de référence qui pouvait propulser son avenir professionnel à cause des traites qu’elle avait à la banque et du fait que le niveau d’entrée qui lui était proposé impliquait 50 000 FCFA (environ 100 dollars US) de moins que ce qu’elle touchait dans son actuel boulot. J’ai aussi vu d’autres personnes se sentir obligés de refuser des plans de carrière à long terme parce que leur « débrouillardise » avait au moins le mérite de remplir TOUT DE SUITE la marmite à la maison.
Sauf que dans bien des cas, 5 à 10 ans après, ces choix finissent par devenir des goulots d’étranglement. Ils consacrent très souvent le « sur place ». La famille ne cesse de s’agrandir, les problèmes ne cessent de s’augmenter, les besoins ne cessent pas de multiplier, bref, les contraintes de la vie ne font qu’une seule chose : s’augmenter. Rendant donc les choix de plus en plus réduits et faisant de la pression du quotidien quelque chose de plus en plus fort.
Il n’y a à mon avis pas besoin de se nouer le cou trop tôt. La vie n’est pas pareille pour tout le monde et pour beaucoup d’Africains, elle est dure. Si certains ont parents, amis et connaissances pour leur faciliter la tâche, nous sommes appelés à nous battre et à nous forger nous-mêmes un chemin dans la plupart des cas. Cela ne doit cependant pas constituer une fatalité qui nous confine à une immédiateté éternelle.
La voie s’appelle le sacrifice et il peut bien souvent être douloureux. Mais il en vaut la peine. Le plus important est de savoir ce qu’on veut, les pistes et opportunités ; de se bien se renseigner sur les options et les finalités des options ; de se faire des plans alternatifs et de ne pas faire de fixation ; d’éviter l’envie et la jalousie qui sont mauvaises conseillères en matière de choix ; et de garder espoir.
Il n’est pas besoin d’arrêter le chemin que vous savez heureux. Cherchez encore même si cela implique des sacrifices. Ils peuvent être difficiles mais ils sont temporaires. Au bout, votre projet qu’il soit de carrière ou d’entreprise, s’en souviendra comme une femme qui a passé l’accouchement quand elle tient son bébé en main. Combien de futures entreprises de haut niveau sont-elles mortes sans avoir leur chance parce que le quotidien a eu raison sur nous. Combien de vies, dont en première les nôtres, auraient-elles alors pu rendre meilleures si nous avions tenu quelques temps encore.
Oui, persévérer dans l’adversité, cela en vaut la peine.

2 Comments
  • Tity
    février 27, 2012

    C’est vrai tout est sacrifice et malheureusement la réalité éteint souvent le rêve en Afrique.

    • Paul Armand MENYE
      février 27, 2012

      Bonjour Tity,
      Excellente remarque. Je te suggère cependant de jeter un coup d’œil aux pistes de réflexion pour gérer les périodes de sacrifice publiés dans les prochains articles.
      Paul Armand

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :