A propos des 20 startup africaines de Forbes pour fevrier 2012 : reflexions

L’info ne fait plus tellement la une même si elle ne date que de quelques semaines. Forbes classait alors les 20 meilleures start-up africaines selon ses critères. Quand on connait la solidité de la structure, on peut penser que ses informations sont pertinentes. Elles révèlent cependant certains points d’inquiétude sur lesquels il faudrait peut-être méditer.

Rien de bien méchant, ni de quoi véritablement s’alarmer. Mais quand même, il y’a des choses qui sautent aux yeux :

Primo, l’Afrique Francophone n’est presque pas représenté dans ce classement. Le Cameroun qui est listé parmi les pays ayant une de ces start-up est bien atypique et surtout, la seule entreprise issu de ce pays est en réalité une entreprise issue de la partie anglophone du pays. Cette toute petite remarque est bien curieuse. Est ce que les experts de Forbes ont du mal avec la langue de Molière ou alors plus profondément, il y a un véritablement manque de dynamisme et de compétitivité dans les entreprises issues de l’Afrique Francophone. Voilà de quoi revisiter nos modèles théoriques, nos paradigmes managériaux et s’interroger d’abord sur leur efficacité et ensuite sur leur lisibilité au niveau international. C’est beau d’aimer le Français et la culture française comme certains passionnés (et j’en fais partie) savent le faire. Mais il faut plus de réalisme pour espérer des changements positifs dans la dynamique entrepreneuriale. Il faut qu’elle trouve des repères capables de lui donner plus de souffle.

Secundo, les pays particulièrement avancés en matière de communication sont absents. L’absence du Sénégal ou du Maroc par exemple dans ce classement surprend. Quand on sait que pour le seul service d’assistance clientèle, ces deux pays ont largement progressé et présentent des avancées extrêmement notables. De même dans le domaine de la technologie web, Tunisie, Maroc, Sénégal peuvent prétendre à mieux…Mais là aussi, le classement montre que ces pays n’ont pas produit quelque chose d’assez exceptionnel pour intégrer une dimension aussi prestigieuse que le classement Forbes.

Tertio : Le fait que les innovations soient aussi polarisés est inquiétant. La plupart des start-up mentionnés dans le classement Forbes ne sont connus et utilisés que dans leur propre pays ou dans juste quelques autres pays. Pratiquement aucune d’elle n’a une véritable dimension même sous-régionale. Il faudra espérer que le temps vienne changer la donne. Mais cet état de fait est aussi symptomatique de ce que entrepreneuriat en Afrique s’appuie peu sur l’envolée africaine. comme si les Africains avaient des difficultés à supporter leur propre propulsion internationale au moins au niveau sous-régional. Dans le secteur des grandes entreprises, il y a des fortes exceptions comme MTN dans la téléphonie mobile ou surtout, les acteurs du secteur bancaire (Ecobank, Bank of Africa, UBA). Il faut quand même cela devienne une réalité à grande échelle dans le secteur des entreprises moyennes et dans celui des start-ups. C’est unc consommation locale qui se propage à des échelles géorgraphiques de proximité qui a fait de Facebook ce qu’il est devenu.

En attendant, visitez ici les 20 concepts émergents classées par Forbes. Vous serez étonnés de découvrir qu’il s’agit simplement de projets que vous avez déjà vous-mêmes…mais que ces promoteurs ont simplement su gérer avec professionnalisme, rigueur, parfois avec moins de moyens que vous.

MXIT

YOLA

DROPIFI

COBI INTERACTIVE

FLO CASH

OBAMI

BANDEKA

JOBBERMAN

MOTRIBE

PESAPAL

SYNAQ

RUPU

SKYROVE

NJORKU

USHAHIDI

SMS GH

HUUMBA

10 LAYER

SEMBUSE

No Comments Yet.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :