Ne dépendez pas du "oui", libérez le "non en vous

Non…Voilà un mot simple que bien des fois, on s’oblige à renier dans la plupart de nos entreprises. La culture du « oui » s’incruste tellement qu’elle empoisonne les relations, défait les compétences et relative la compétitivité. Dans un univers où les relations de travail prennent la direction des chefferies traditionnelles, le seul sursaut qui vaille est celui de faire vivre aussi bien le « non » que le « oui », chacun à sa place.

On dit très peu « non » et cela est dommage. C’est vrai que dans le culte du « oui », il y’a avant tout le culte du  » moi ». Les gens disent « oui » à tout parce qu’ils veulent garder une certaine image auprès de ceux à qui ils pensent que dire « oui » représente quelque chose. Je me souviens d’un patron qui avait toujours des petits amusements qu’il proposait à son équipe. Il s’était habitué à se voir répondre « oui ». Interrogation faite, il s’avère que plusieurs personnes qui lui répondaient « oui » n’étaient pas toujours d’accord pour s’engager avec lui dans ses amusements, mais ils disaient avoir peur…

La peur ne me semble pas une véritable raison. Il y’a plus profond que cela.

Les gens disent « oui » pour plaire. Ils disent « oui » pour être acceptés. Ils disent « oui » pour faire partie du groupe. Ils disent « oui » pour faire partie de l’ensemble ». Ils disent « oui » pour exister. Dire « non », c’est comme isoler de la chaleur soi-même.

Mais cet état d’esprit est révélateur d’un grand handicap. Parce que finalement, les gens disent « oui » pour que ce soit les autres qui valide quelque chose chez eux…pour que les autres donnent un jugement chez eux…les gens disent « oui » pour que leur moi, soit projeté par d’autres. Les gens disent « oui », parce qu’ils n’arrivent pas à se porter eux-mêmes.

Ne pas être obligé de dire « oui », c’est ne pas avoir besoin de dépendre de la réaction des autres. Mais combien sont dépendants au delà de leur travail, à d’autres personnes. A un patron à qui il faut que JE plaise….à un groupe à qui il faut que JE plaise…Bref, combien ne sont pas dépendant à ce qu’il faille qu’ils se plaisent d’abord à eux-mêmes.

A ce moment alors, le « oui » n’est plus le lieu de l’interaction avec l’autre, l’autre étant envisagé comme le miroir en face duquel j’aimerais avoir un refler positif…Le « oui » devient l’expression de moi et donc, il donne une place au « non ».

C’est vrai que le « non » semble être le terrain de l’insécurité. Mais ayez confiance en vous. Si vous avez de la valeur, vous n’êtes pas en insécurité. Vous serez étonné de voir que vous avez été dépendant de personnes qui ont plus intérêt à vous voir rester que vous à partir. Ne soyez pas liés au « oui ». Soyez liés à votre professionnalisme. Et le « oui » sera comme le « non »…des expressions qui dépendent de la réalité et de votre ancrage dans celle-ci…et non pas du regard et de l’avis des autres.

5 Comments
  • ceriserose
    mars 26, 2012

    Ah ca !

  • ceriserose
    mars 27, 2012

    Je trouve ce que dit là assez idéaliste comme tableau.

    Ce n’est pas facile de dire non ; en général tant dans le monde pro que perso. Le dire c’est aussi se justifier et gérer les sensibilités. Enfin, je ne suis pas bien placée pour en parler. Hé hé hé, mais ce serait pas mal oui d’arriver à la situation que tu décris.

    • Paul Armand
      mars 28, 2012

      Tu as tout à fait raison et j’espère développer davantage cette problématique.
      Mais le fait est là. L’avenir professionnel est dans l’équilibre entre le « oui » et le « non ». Le « oui » enferme même s’il rassure. Il rend dépendant du factuel et donc inhibe l’évolution. Ce que j’ai voulu dire dans cet article, c’est qu’il y a intérêt à essayer de passer vers l’équilibre.
      Mais entre le dire et le faire, il y’a en effet des difficultés qui sont psychologiques, qui sont sociales. Je compte donc revenir et développer le thème pour donner des éléments qui peuvent aider à modifier ou à faire évoluer les perceptions et les relations avec ce type d’équilibre.

  • ceriserose
    mars 28, 2012

    Hello,

    j’attendrai donc la suite…

    D’avance je suis d’accord avec toi quand tu dis qu’il y a un équilibre à préserver.

    Dans le monde pro on se doit d’être honnête; tenir des promesses ou ne pas en faire du tout, surtout si c’est juste pour flatter l’égo. Un non doit rester non et un oui, oui.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :