Investissements en Afrique : la frustration d'un africain de la diaspora

L’article sur « quels sont les meilleurs secteurs pour investir en Afrique » a été repris par quelques médias. Cela a été une belle surprise et en suivant les commentaires dans l’un des portails, j’ai été frappé par cette réaction venant d’un Camerounais installé en Italie. Quelques efforts sont à faire pour bien comprendre, mais la vérité exprimée m’a semblé digne d’être partagée. Chacun s’en fera son idée.

L’idée en elle-même est tellement prête dans la tête de nombreux Camerounais. Mais de nos jours aucune personne parmi ces jeunes (restés au pays) ne veut travailler. Assis à 11h dans les bars, tous rêvent de la vie facile et quand tu mets même les moyens, si tu pouvais écouter ce que disent ces gens (« Reste à Mbeng et tu nous demandes de se salir. Toi viens faire ».).

Ce n’est pas facile. Purtant nous savons qu’avant l’or noir il y’a l’or vert dixit feu Ahidjo. Tes propres frères te poussent à la ruine. Qu’est-ce qu’on a pas déjà essayer dans ce pays, même après avoir tout fait, il ne reste qu’à mâcher, il te prend toujours pour un imbécile. Nous pensons toujours aux vieilles choses que ces blancs jettent, parfois il faut se demander si ce n’est pas Dieu qui nous garde. On veut ce qui sort de Mbeng, pourtant la terre c’est l’or pur, la richesse de la vie. Avant la Sanaga vous voyez comme cet espace est vide et à Yaoundé les gens manquent ou dormir? Personne ne veut rien faire si ce n’est chercher à sucer comme un vampire.

Aviez-vous déjà demandé une étude de faisabilité à une personne qui demande de l’aider dans son projet?? Il se moquera de vous, il ne vous appellera même plus car son problème c’est l’argent facile. Les voitures, la brocante, les déchets voilà ce qui intéresse les camerounais. Nous sommes conscients que c’est la malnutrition qui ravage nos parents (hypertension, diabète et bien d’autre).

Que faire si personne n’écoute, que faire s’il veut toujours te frapper? Dans ce pays chacun a eu sa dose. Nous qui refusons d’aller au champ au pays, ici on court dans les campagnes et personne ne s’arrête pour y penser un instant. Ces fermiers ah oui ces fermiers!! On ne dit pas mais ces gens ici ne sont pas à envier, tellement ils sont riches. Quand tu veux déjà y penser un champ en Afrique, même tes propres parents disent que c’est l’argent perdu.

No Comments Yet.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :