Professionnels, prenez du temps pour vous-même

Mon ami Eric Collince, directeur de l’entreprise procire, aimait à me rappeler que l’homme finit, mais le travail ne finit pas. A l’époque, nous étions collègues et j’étais champion pour les solutions les plus osées pour rattraper des situations presque perdues. Nous avions des résultats incroyables au péril de notre santé. Depuis lors, j’ai appris quelques petites choses qu’on peut partager.

 Le travail est loin d’être pourvu de quelque émotion que ce soit. Lorsque les intérêts d’une organisation sont en jeu, elle écrase tout pour se prémunir. Une sorte d’instinct de vie bien souvent capable de créer des dégâts. Si vous êtes un professionnel de haut niveau, il est difficile que vous ne connaissiez pas ces braves personnes sacrifiées alors qu’elles même avaient tout sacrifié pour leur travail.

Ce n’est pas que le travail ou les organisations ne valent pas des sacrifices, c’est que rien de tout ca qu’on sacrifie sa vie.

J’ai toujours la chair de poule quand je vois ces hommes ou ces femmes qui n’ont pour seule vie que leur travail. Ils sortent tôt le matin, rentrent très tard la nuit…ils voient peu de personnes, n’ont presque plus d’amis. Certains ont détruit leur foyer et leur vie de famille. Je connais quelques amies femmes professionnelles de très haut niveau qui n’ont pu avoir d’enfants à cause de leur travail….

Qu’est ce qui vaut la peine de transformer ainsi nos vies ?

Il est important de monter comme un professionnel efficace et de grande facture. Mais il l’est encore plus que vous puissiez profiter de votre travail, des opportunités qui en découlent, des relations que vous découvrez, bref de la vie.

Il est important que vous puissiez profiter de votre famille. De la femme ou de l’homme que vous aimez, de vos enfants, de vos frères et sœurs et de toute cette longue et grande famille que nous sommes héritons en Afrique.

Il est important de profiter de quelques petites choses : de votre amour de la lecture pu de l’écriture, des jeux, de la musique, des sorties….et de toutes ces choses qui ne sont pas le travail.

Ces choses « non travail », ont l’avantage de libérer votre esprit ; de créer d’autres perspectives ; de vous éviter de vous enfermer intellectuellement dans un moule qui créerait l’absolu dans votre esprit alors que le monde n’est que relativité. Elles ont aussi l’avantage de maintenir le travail là où il doit vraiment se situer : un moyen pour que vous puissiez parcourir la vie avec la possibilité de découvrir, d’apprendre, de jouir de bien de choses.

Prenez soin de vous, c’est important. Et ça l’est encore plus quand on veut aller loin. J’ai noté que les professionnels au sommet avaient toujours du temps pour eux. Tous ceux que j’ai rencontrés, en entreprise, dans le secteur public, dans les organisations internationales, etc, prenaient toujours un peu de temps pour eux. Et il me semble qu’ils n’ont pas tort.

Prenez du temps pour votre hygiène, pour votre toilette, pour vos conditions de vie, votre nutrition, votre logement, vos relations, vos amusements. Faites votre enfant. Soutenez votre thèse. Offrez-vous ces congés à Maurice ou au Kenya. Bref toutes ces choses pour lesquels le travail est devenu une entrave en prenant une trop grande place dans votre vie…prenez le temps de les faire.

Et surtout ne vous trompez pas. Si vous deviez tomber, même pour cause de trop de travail…on viendra manger un bon met à votre deuil, en se disputant votre poste…et dans quelques mois, tout ça ne sera qu’un souvenir…parce que contrairement à ce que vous pensez, personne n’est indispensable ; vos idées, vos stratégies ; vos inputs ; vos contributions ; tout cela, ça passe comme le reste.

Oh oui…prenez du temps pour vous, c’est tout ce qui vous restera.

1 Comment
  • Ronie
    septembre 12, 2012

    Belle conclusion, ça dit tout

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :