Un jour de déclic…

La chance existe-t-elle ? Cela dépasse le simple domaine de la psychologie. Je pense que la question est philosophique. J’ai tendance à penser que nos vies ont bien souvent à avoir avec nos choix. Il y a bien des choses au-dessus de nous. Difficile d’être absolu. Je crois qu’apprendre avec humilité est une grande clé, garder la foi, se laisser guider par les leçons et par la foi en la vie sont des choses importantes. Les histoires ci-dessous sont toutes vraies. J’ai changé quelques faits par souci d’anonymat. Mais je connais personnellement chacun des protagonistes. A méditer.

Manuella avait toujours ét sérieuses avec son boulot. Elle a toujours suivi le cours des choses sans se poser trop de questions. Dès qu’elle croyait qu’une chose devaiot être faite, elle le faisait. Elle était pragmatique et en même temps refléchie. D’ailleurs, en l’écoutant, on voyait bien qu’elle était une professionnelle. Elle a donc connu une carrière faite de progression jusqu’à ce jour où au sommet de sa jeune expérience, elle s’est vue annoncer le non renouvellement de son contrat. C’était un coup dur pour elle d’autant plus qu’elle ne s’éy était pas préparée. Elle a passé quelques semaines à se remettre du choc, puis immédiatement s’est mise à rechercher autre chose. Elle avait heureusement quelques relations et dans une ONG, elle s’est mise à disposition pour aider. On lui donnait quatre fois moins que ce qu’elle touchait avant…sans les avantages.

Manuella a accepté et s’est remise à travailler comme à son habitude. Avec professionnalisme, comme si de rien ne s’était passé. C’est à ce moment que je l’ai connue. En discutant avec elle, j’ai tout de suite compris qu’elle avait du potentiel et je l’ai encouragé à chercher à aller plus loin. Elle m’a donc raconté son découragement..chose qu’on ne voyait pas. Elle avait postulé pour retrouver au moins l’un de ses anciens grades sans succès…et que là, elle était fatiguée. Je me suis mise au travail avec elle. Cela a pris bien quelques mois, puis j’ai dû la laisser, devant aller m’installer dans un autre pays pour une nouvelle affectation. Mon départ a marqué Manuella en ce qu’il semblait lui ramener son propre blocage. Elle était mon ainée, j’ai essayé de lui prodiguer quelques conseils et des encouragements.

Quatre mois après que je l’ai laissé, elle m’a appelé. Elle venait d’obtenir un poste professionnel international aux Nations unies. Je me souviens même que j’avais vu l’annonce de poste et le lui avais transmis et que nous avions oublié tout cela. En un clic, le soleil s’est à nouveau levé sur sa vie professionnelle…

Sébastien avait tout fait. Tous les petits jobs possible. C’était un petit génie en informatique, mais tous ceux qui semblaient le savoir l’exploitaient au sens littéral du terme. A cause du quotidien, il se contentait de cela en continuant de déposer ses dossiers à gauche et à droite.

Sébastien avait fini par se lasser. Les mêmes réponses, les mêmes offres qui faisaient à peine un peu plus que ce qu’il réussissait à gagner dans « sa débrouillardise », le même mépris, le même non intérêt, bref toutes ces choses qui font de la recherche de l’emploi dans son pays un véritable parcours de combattant, parfois même pour des jeunes talentueux.

C’est donc dire qu’il qu’il s’était habitué à ce qu’aucune surprise n’arrive. Sébastien n’avait pourtant rien arrêté de ses nombreuses tentatives de trouver autre chose. Ses dossiers continuaient de pleuvoir à gauche et à droite auprès de structures diverses tant au pays qu’à l’Étranger.

Le mail était court : « Monsieur, nous avons reçu avec beaucoup de plaisir votre dossier de candidature pour le poste d’Assistant chef de projet numérique au sein de notre unité au Cambodge. Nous avons le plaisir de vous annoncer qu’après considération de votre dossier, vous avez été présélectionné pour passer les entretiens. Nous reviendrons sous peu vers vous avec de plus amples informations sur la date et l’heure de l’interview. Nous vous prions en attendant de bien vouloir  compléter votre dossier par les éléments suivants… »

Sébastien avait complété son dossier comme dans un rêve. Sans bien réaliser ce qui se passait. L’entretien avait été préparé cependant avec minutie. Nous avions travaillé ensemble là dessus et finalement, Sébastien avait assuré. Cela a pris quelques semaines…Il a fini son contrat au Cambodge et travaille depuis peu à la Silicon Valley…Tout s’est tellement vite passé…

No Comments Yet.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :