Etudiant : comment préparer son avenir dans le monde de l’emploi

Jeune étudiant ne trouve pas d’emploi. Voilà une frustration courante. De ces milliards de jeunes à travers le monde (hé oui, vous n’êtes pas les seuls concernés) qui ont du mal à s’insérer professionnellement après pourtant de belles études. On crie alors au piston, à l’injustice, à l’exclusion sociale et même au conflit de génération. Tout ceci n’est pas faux dans l’absolu, mais comment sortir de l’ornière ? Nous allons envisager quelques pistes.

Avant toute chose, il est important de rappeler qu’un jeune doit savoir composer avec le temps. Le dommage absolu, c’est une jeunesse qui veut tout et tout de suite et qui est même incapable de se l’avouer. C’est un gâchis parce que quel que soit le piston et quelles que soient les apparences d’un moment, les règles de la vie sont tels que cela n’est pas possible.

Composer avec le temps signifie intégrer le fait qu’il n’y a pas de tapis rouge déroulé pour nous. La vie va être dure et peut-être même qu’elle ne nous fera aucun cadeau. Il faut donc s’armer de courage et de patience. Il faut au-delà de tout, ne se faire aucune illusion…Voici quelques pistes concrètes.

Ne perdez pas votre temps à redoubler indéfiniment les classes

La première erreur de plusieurs jeunes est le manque de sérieux qu’ils accordent à leurs études. Si vous perdez beaucoup de temps à reprendre les classes, vous allez très vite réaliser qu’à la sortie, bien des choses ont évolué…et que vous êtes passés à côté de bien d’opportunités. Plus le temps passe, plus vous avancez en âge. Ne donnez pas toute votre jeunesse à obtenir des diplômes…gardez en un peu…sinon beaucoup pour mêler les diplômes à l’expérience…et vu le temps souvent nécessaire pour que la mayonnaise prenne, essayez d’avancer aussi vite que possible avec l’obtention au moins du diplôme universitaire minimum (BTS, Licence, bref quelque chose de concret).

N’étudiez pas que pour passer vos examens

Une autre erreur courante avec les étudiants est qu’en réalité, ils ne prennent le temps d’étudier qu’à cause de leurs examens. Très peu ont vraiment soif de connaissance, ont envie de connaitre, d’apprendre. Beaucoup ont surtout envie d’avoir des diplômes. Le reste, ce n’est pas vraiment leur affaire. Conséquence, ils ne réalisent pas qu’ils obtiennent des diplômes vides et les premières confrontations avec le monde réel finissent par le révéler.

Lisez…vous en avez le temps !

Saviez-vous qu’en Afrique, la plupart des étudiants terminent leur diplôme sans avoir lu en entier au moins un livre de leur domaine de spécialisation ? Ils ont lu beaucoup de livres, ou plutôt beaucoup de chapitres de livres, voire des paragraphes seulement pour préparer tel ou tel examen…mais jamais un seul livre en entier ? Dans l domaine, la psychologie, il est impossible de ne pas connaitre certains auteurs. Comme Freud par exemple pour ne prendre que celui que tout le monde connait. Je ne conçois pas qu’on puisse terminer un diplôme de psychologie sans avoir lu au moins quelques livres en entier de celui-ci, sans compter les autres. Avant même de voir les autres ouvrages thématiques ou spécifiques. Cela est scandaleux, mais la plupart des jeunes que je connais n’ont pas de problème avec ça. Il ne leur est jamais venu à l’esprit l’énorme tare qu’ils trainent sans le savoir. Ne soyez pas un gâchis pour vous-même et pour la formation universitaire. Lisez les livres spécialisés de votre domaine, le maximum possible et en entier. La lecture vous aidera à acquérir un esprit différent, modèlera votre âme, vous donnera quelque chose que le monde du travail saura sentir…elle vous aidera à avoir un quelque chose de distinctif, de plus très sensible.

Engagez-vous !

C’est une autre action importante. Pendant votre vie académique, engagez-vous. Intégrez les mouvements associatifs, les syndicats estudiantins, les mouvements scientifiques ou philosophiques. Intégrez les milieux qui préparent à la vie professionnelle, les associations sur le leadership comme la JCI ou l’AIESEC, bref, tout ce qui vous sort de la seule ombre de vos cahiers et créent des conditions de simulations de l’environnement qui sera définitivement le vôtre demain. Cette piste a très souvent été déterminante dans la vie de plusieurs étudiants et les réseaux qu’ils ont intégrés ou développés à travers ce genre de mouvements ont parfois tout changé.

Mais vous pouvez sortir également du cadre universitaire et allez dans le cadre purement associatif. Intégrer ainsi des associations ou ONG comme bénévoles. Plusieurs structures ont d’ailleurs des ponts entre eux et le monde universitaire (Croix Rouge, clubs UNESCO, etc.). Sinon, allez directement dans l’association du quartier et développez-y vos talents.

Enfin, confrontez-vous !

Intégrez des cadres de débat…en créant la discussion avec les enseignants quand ceux-ci ont l’humilité et la grandeur de l’accepter, ou en participant aux conférences. N’hésitez pas à être celui qui prend la parole lors des exposés de groupe.

Vous pouvez aller plus loin. En acceptant d’intervenir dans les associations ou ONG pour partager votre expérience ou les connaissances que vous avez déjà emmagasinées jusque-là.

Si vous le pouvez monter plus haut : écrivez ! Dans le journal de votre classe ou de votre établissement. Ou même sur Internet. Créez une page Facebook qui marche ou un blog et faites la différence.

Vous verrez que déjà dans la recherche de stages, ces petites astuces seront des plus importants et plus tard, dans la recherche d’emplois, votre dynamisme humain et intellectuels, savamment cultivés vous seront d’une grande utilité.

Nous aborderons une suite pour cet article prochainement.

7 Comments
  • Ouédraogo Lionel
    janvier 29, 2013

    je trouve que votre site est très intéressant. Je me retrouvais dans chaque ligne que je parcourais et du coup la honte et la culpabilité m’ont envahis.Il est vrai que la majorité des étudiants de nos jours ne sont point intéressés par le savoir mais les diplomes. Le pire est qu’ ils ignorent que seul le savoir peut garantir la compétence proffesionnelle.
    Aussi, il est évident que rares sont ceux qui remettent cet aspect en cause.
    ce qui fait que nous assistons à une baisse du niveau scolaire estudiantin.
    La lecture est marginalisée au profit des réseaux sociaux qui sont les passe_temps favoris des élèves et étudiants ainsi que les espaces de loisirs. ….
    Pour autant je qualifie cette génération de JOUEUR à en juger relativement aux précédentes.
    La majorité ne s’engage non plus. ce qui implique le refus de toute responsabilité
    or un travailleur se veut etre responsable.
    Tous ces aspects sont des maux auquels il faudra remedier à travers la sensibilisation et L’implication des acteurs concernés est indibutable.

    • Paul Armand
      janvier 29, 2013

      Merci Lionel pour ce témoignage plutôt fort et émouvant. c’est grâce heureusement à des jeunes qui se démarquent que l’espoir reste. Merci encore pour ta visite et ton commentaire.

  • Ronie
    janvier 31, 2013

    Très intéressant comme piste de recherche d’emploi, mais s’il vous plait c’est quoi la particularité de ces associations sur le leadership comme la JCI ou l’AIESEC?
    Si vous pouvez également définir ces sigles, Merci d’avance

    • Paul Armand
      janvier 31, 2013

      Merci Ronie,
      La JCI, l’AIESEC comme d’ailleurs d’autres associations ont la particularité d’être des associations de jeunes et/ou universitaires qui mettent un accent sur la formation de leurs membres. Elles préparent d’une certaine façon et de manière pratique, leurs membres au monde professionnels.
      Certaines ont de véritables programmes sur des questions comme le leadership ou l’entreprenership. C’est pourquoi il me semble qu’il s’agit de bons espaces dont on peut profiter.

  • fatou
    juin 8, 2013

    ALLEZ SUR http://www.leproblemeestenvouslasolutionestenvous.unblog.fr

    Ce sont des articles TRES INTERESSANTS de MME BA FATOU DIOUF.
    Ma modeste contribution pour l’essor et le développement de notre continent.
    POUR UN NOUVEAU TYPE D’AFRICAIN.
    VOTRE PERSONNEL , les ETUDIANTS , AMIS, ELEVES, FAMILLE VONT EN TIRER PROFIT
    FAITES LIRE VOS CONTACTS et PUBLIER SUR FACEBOOK C’est GRATUIT.

    Merci de contribuer et de commenter.

  • Darelle
    septembre 7, 2013

    Il est vrai que la génération présente ne veut pas fournir des efforts vue le fait qu elles s adonnent plus aux loisirs qu au travail ou a l innovation. Je pense que les étudiants devraient prendre des initiatives capitals pour leur avenir tout en sachant que la connaissance est quérable et que tout n est pas donner. Il doivent apprendre a se fixer des objectifs et se donner les moyens de réusire tout en étant réaliste

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :