Faire quelques milliards en quelques jours…l’abominable illusion de la jeunesse

J’ai voulu écrire depuis quelques temps sur le sujet de la dimension des ambitions socioprofessionnelles de notre jeunesse. Je me lance finalement dans un premier jet, espérant que les réactions aideront à mieux développer le sujet. Nous allons donc parler de la jeunesse des grandes ambitions, réduites à la réalité des petites réalisations. Faire quelques milliards en quelques jours…l’abominable illusion.

Tous les rêves sont faits de grandeur dans cette jeunesse qui sort à peine des bancs de l’université. Un boulot bien salarié, une voiture haut de gamme, des soupirants à la classe sociale la plus élevée ou à la beauté la plus féerique…voilà finalement ce à quoi croit mériter la plupart de nos jeunes à la sortie des études.

La grandeur est malheureusement-là qui déforme la perception de la réalité. Parce qu’elle fait voir tout le reste petit…jusqu’à ce que finalement, on réalise que cette grandeur a fini par nous faire très vite oublier que nous étions petit.

Combien de jeunes à peine sortis des études ne se voient-ils pas cadres aux Nations Unies ou dans l’une des plus grosses entreprises de la place…Je discutais ainsi avec une jeune amie qui avait à peine terminé sa Maitrise et qui se plaignait de la dureté de trouver un emploi dans son pays. Elle avait déposé 05 dossiers au PNUD, à l’UNFPA, a AIRTEL, à UBA et à CROIS BANK. Et de ne pas avoir de résultats positifs avait valu une litanie bien assénée contre ces dirigeants qui ne veulent pas le bien de la jeunesse et qui ne recrutent personne d’autre que ceux qu’ils connaissent…

Et que dire de tous ceux-là que je rencontre au quotidien…plein de projets à la tête…qui ont juste besoin de 1,2, 20 millions….l’argent d’une vie parfois. Parce que leurs projets devraient rapporter quelques milliards en quelques jours.

Les autres s’en sortent parce qu’ils ont des tuyaux…voilà finalement le masque le plus fort que se fabrique cette jeunesse pour ne pas voir que ces échecs sont fabriqués par des ambitions d’un irréalisme à couper le souffle.

Non, cher ami. La vie n’est malheureusement pas un tapis de velours déroulé sous nos pieds. Il faut travail et persévérance pour espérer quelque dividende. Et aussi étrange que cela puisse paraitre, ceux qui semblent arriver par des raccourcis sont une exception…qui dans une forte proportion aura à le regretter. Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre d’années…seuls quelques exceptions peuvent se prévaloir de cette citation….sans compter que quelque part, là où l’âme de l’un est bien née…l’âme de l’autre est née ailleurs…tout aussi bien.

Oui cher ami, il va falloir apprendre à faire avec le temps. A accepter avec ce petit boulot qui paie un salaire de misère. Avec cette merveilleuse femme qui n’est pas la Miss du quartier ou cet homme sincère qui n’est pas le fils de Crésus. Il va falloir accepter de marcher à pied, à vélo ou à moto avant que ne vienne l’heure d’une voiture qui ne sera pas une Hummer. Il va falloir s’armer de détermination pour prendre la vie à son compte.

C’est cela le chemin de l’ambition….oui, il faut accepter de se réveiller de son rêve, de se lever et de prendre la vie en main…loin, très loin de l’illusion.

1 Comment
  • Jean Jacques
    mai 11, 2013

    Cet article vient à point nommé, d’autant plus que la jeunesse contemporaine est quasiment obsédée par la fortune cocotte-minute. C’est à se poser la question si elle est coupable ou victime? A-t-elle hérité d’un cadeau empoisonné ou est-elle victime d’une ambition démesurée? A mon humble avis, les raisons qui motivent cette « ruée vers l’or » méritent d’être approfondies. Quoi qu’il en soit « un héritage promptement acquis dès l’origine ne sera pas béni quand viendra la fin » (Proverbes 20:21).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :