Ben Murray-Bruce : Une image de l’avenir africain

J’ai regardé hier soir une vidéo de Ben Murray-Bruce, une des personnalités les plus remarquables de l’entreprenariat africain. Un véritable magicien que nous gagnerons tous à connaitre. Cet homme m’inspire un quelque chose….j’ai juste l’impression que chaque africain qui a le regard tourné vers l’avenir devrait le connaitre. Je partage avec vous quelques points forts de sa démarche.

Une chose assez frappante sur Ben Murray-Bruce est son sens du défi.  Il dit d’ailleurs ceci à propos de lui-même :

« Je suis un rêveur. J’ai une foi aveugle en moi-même et en mes capacités. Je grimperais et j’élèverais mon peuple avec moi ».

C’est donc quelqu’un qui a un regard positif sur ce qu’il peut faire. Mais un regard qui est réaliste…et un positivisme  qui puise sa source dans l’action et pas simplement dans la rêverie.

En effet, Ben Murray ose. Un jour alors qu’il est aux Etats-Unis, il fait l’ambition de rencontrer les Jackson Five. Il se présente à l’hôtel où réside Joe Jackson et demande à le rencontrer. « Qui êtes-vous ? » lui demande la réceptionniste. « Je suis Ben Bruce ». Et quelques minutes plus tard, Joe Jackson accepte de le recevoir…sans aucune autre forme de procès.

Combien de fois, les grands rêveurs n’arrivent-ils pas au bout juste parce qu’ils n’ont pas essayé…parce qu’ils préjugent que ça ne marche pas comme ça et qu’ils ne vont pas essayer…

Une autre fois, Ben Murray-Bruce discute avec son banquier sur les possibilités d’investissements dans le secteur des salles de cinéma. Ce dernier éclate de rire et lui répond que ça n’en vaut pas la peine. Il n’existe pas alors de salle de cinéma au Nigéria et les vidéos-clubs et autres VHS à l’époque règnent dans un monde où la piraterie fait ravage. Ben est énervé par une telle réaction et décide avec ses propres fonds de faire mentir le banquier. 06 ans plus tard après que les hall Gallerias soient lancés, le banquier revint vers lui pour lui proposer des financements afin de continuer à financer ce secteur, mais Ben Murray refuse. On ne peut pas manquer de foi en un projet et vouloir le financer.

En réalité Ben Murray-Bruce est intéressé par écrire l’histoire. Là où rien n’est possible, il se demande pourquoi pas ? Dans un pays sans aucune salle de cinéma et où personne ne croit en de tels projets, il décide qu’il écrira en gros caractère que les Nigérians iront à nouveau dans les salles de cinémas et que les salles de cinémas rapporteront de l’argent. Il a changé la mentalité de tout un pays et l’histoire continue de lui donner raison.

Pareillement, à un moment où les médias d’Etat sont les seuls médias qui existent…il décide que les privés nigérians peuvent aussi se lancer dans les médias et 20 ans plus tard, il est le plus puissant propriétaire des médias au Nigéria.

Il a surtout révolutionné le secteur du divertissement au Nigeria. Il y a fait venir les plus grandes stars mondiales, introduit un concept de « Miss » unique en Afrique et surtout relevé la vidéographie musicale…Ce que le Nigeria produit aujourd’hui en terme de qualité d’artistes et de vidéos et qui est entrain de conquérir l’Afrique tire sa source directement de la vision de cet homme…

Aujourd’hui encore, l’homme a des rêves plus forts. Il veut par exemple amener le cinéma africain aux Oscars dans des catégories réservées jusque-là à Hollywood…et dans quelques années, nous aurons à faire à un nouveau cinéma en Afrique. Bref, pour Ben, le sens et le plaisir de la vie, c’est d’écrire  l’histoire. C’est de décider du possible là où personne n’y croit plus…et d’oser.

« Je n’ai jamais couru après l’argent. Dans les actes que je pose, l’argent n’a pas de place. Mais à chaque fois, l’argent a couru derrière moi. Chaque fois qu’on travaille sur la qualité et qu’on y met tout son talent, l’argent suit et devient accessoire ».

Voilà  une leçon extraordinaire qu’il enseigne aujourd’hui. Dans une génération qui avant même d’avoir fait le moindre projet a déjà calculé les milliards à gagner, Ben Murray-Bruce montre la voie du succès. Elle est faite de rêves, de travail et de détermination….le reste suit, naturellement.

1 Comment
  • Emmanuel
    mars 28, 2013

    Lorsqu’on est positionné sur sa vison, lorsqu’on a découvert son propre géni personnel, la vie devient un chemin de plaisir. On est déjà heureux par ce que l’on fait. Et l’argent devient une recompense naturelle de ce que nous apportons à l’humanité. Le plus difficile de mon point de vue, c’est de découvrir cette voie intérieure et de s’y engager résolument.

    Mais revenons au cinéma. Hier nous étions à l’âge des contes. J’ai fait quelques années au village et je revois tout ce que ces contes on laissé en moi… Ils te posent dans le subconscient une logique de la vie qui te reste obstinément fidèle. Oh! s’ils n’y avaient posé que la foi de Ben Murray – Bruce…

    Ce qui est aujourd’hui, nous ne pouvons plus rien changé. Mais ce qui vient dépend de ce que nous écrivons aujourd’hui dans notre subconscient collectif. Le cinéma à l’avantage de pouvoir y semer, et l’histoire, et le future désirés. De même que le livre à revolutionné le 18ème sècle européen, de même, nous avons besoin du cinéma pour l’avènement de l’Africain nouveau.

    Merci Paul Armand, de parler aussi de ce qui marche. Car il n’y a pas que la famine et la guerre en Afrique. Il y’a aussi par milliers, et dans tous les domaines, des Ben Murray-Bruce.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :