L’image : une affaire de perception de soi

Dans une autre vie, je suis photographe (voir mes pages ici et ici). Je fais de la photo comme hobby, une passion qui occupe souvent une certaine partie de mon temps libre. Ce que j’ai appris en pratiquant la photo, c’est que la construction de la perception de soi est quelque chose de possible. Et une perception de soi optimisée a des effets très clairs sur la manière de se positionner dans la vie. Nous retrouvons donc cette notion de perception….mon plus gros intérêt probablement en psychologie.

C’est une page Facebook qui m’amène cet article. Les poupées africaines. Parce qu’elle me rappelle une histoire que m’avait rapportée un de mes enseignants sur la perception du Blanc et du Noir au travers des poupées. Selon lui (le lien video retrouvé grâce à mon frère et ami Patrick à qui je dis merci…), les petites filles Noires rejetaient les poupées Noires et préféraient les poupées Blanches. Disons-le d’emblée, je m’en fous des couleurs des poupées…si l’enfant aime, ça me va.

Cependant, il faut dire que j’ai regardé les images des poupées noires qui étaient présentées aux enfants…et je me suis dit que j’aurais aussi détesté…ce n’est pas parce qu’on est bébé qu’on a droit à ce qui est laid. Le problème ne résidait pas dans la couleur de la poupée à mon avis…mais dans la beauté de celui-ci. Les modèles de poupées Noires qui étaient produites à cette époque n’étaient pas du tout jolies et ont donc contribué à encrer l’idée selon laquelle la poupée Blanche était meilleure.

Au quotidien, je retrouve ce laxisme quant à l’image notamment. Peu de personnes font attention à construire une image de qualité…et meurent à envier les images qui viennent d’ailleurs. J’ai même envie de dire que tellement de personnes ont peur d’être confrontée à leur image construite sous des conditions de qualité et préfèrent se réfugier derrière la photo entre copains dans la cuisine.

Pourtant il me semble important de s’exposer à soi-même. Le plus important n’est pas forcément de courir à l’artifice pour se transformer en ce que l’on croit être beau et bien…il est important de prendre le temps de s’avoir en face de soi, d’une manière posée, calme, bien faite. Ce travail d’exposition à soi-même aide à prendre conscience de ses atouts, de ses faiblesses, et à prendre confiance en soi. Tant que vous n’êtes que sur vos photos devant la plage que vous allez mettre sur Facebook, cela n’a pas une grande incidence sur vous-même, sur votre personnalité. Mais le jour où vous serez devant un objectif professionnel, pourquoi pas…nu…ce jour-là, vous serez bouleversé.

Mon objectif n’est pas d’inviter au nu…Mais de donner  l’envie d’avoir toujours avec soi, la meilleure image de soi.

Prenez le temps de vous exposer en photo. De faire assez souvent des photos de qualité. Cherchez un ami ou une relation qui en a la capacité et négociez avec lui. Ou simplement, payez-vous les services d’un professionnel. Ayez des photos pour vos CVs, pour votre album personnel, pour votre page Facebook, pour vos interviews…des photos qui soient autre chose que du « rien de spécial »…Faites-vous des photos qui font rêver…et vous verrez que vous serez les premiers qu’elles vont stimuler. Verone Mankou est un véritable modèle sur cette question et je vous invite à découvrir à quoi ressemble son image lorsque vous cliquez son nom sur Google.

Une image de qualité est un des déterminants fondamentaux de la perception de soi…et la perception de soi est un moteur pour l’action.

7 Comments
  • ZONGO CELESTIN
    février 12, 2014

     Salut mon cher Armand,

     J’ai vu que le site avance bien. n’est ce pas ?

    Célestin ZONGO National Humanitarian Affairs Officer Humanitarian Advisors Team Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA) United Nations/Burkina Faso Tel: (00226) 76 66 53 90/70 02 64 73 http://www.ochaoline.un.org    

  • Ronie
    février 23, 2014

    Parole d un photographe, j achete

  • Chriss FV
    février 24, 2014

    L’approche du sujet est intéressante. Cependant, ayant été moi-même photographe pro d’une part (à l’époque de l’argentique) et actuellement soignant en Psychiatrie (entre autres) d’autre part, j’adhère à la vôtre mais j’ajouterais une autre dimension.

    En effet, avoir une bonne image de soi (sans être narcissique, bien sûr !) est essentiel pour développer sa propre confiance en soi et en l’autre. Elle participe à l’attitude positive et empathique qu’il est nécessaire de dégager de soi.

    Mais, quid des personnes qui souffrent cruellement de leur propre image ? Par exemple dans la boulimie/anorexie, une photo de cette personne ne changera jamais l’image mentale que la personne a d’elle-même. Elle ne s’aime pas ! Elle fuit d’ailleurs les photos la représentant.

    Je ne vais pas écrire un article; je souhaitais juste en quelques mots prolonger le tien…

    Beaux portraits sur ton blog et FB !

    • Paul Armand
      février 24, 2014

      Bonjour,
      Votre visite m’honore et me ravit. En merci beaucoup pour votre commentaire.
      Sur la question de la souffrance de l’image personnelle, les cas que vous décrivez (boulimie/anorexie) sont des cas pathologiques…c’est à dire donc exceptionnels. On ne saurait donc y apporter des recommandations générales…le problème de l’image de soi devant se poser d’un point de vue sinon médical…au moins assistance.
      Pour les cas généraux, c’est justement cet effet de l’image de soi qui me semble être quelque chose à capitaliser. Dans mon expérience de photographe, j’ai souvent rencontré des personnes qui se sont métamorphosé à la sortie de la confrontation avec leur image…Et comme professionnel, j’ai appris à intégrer ce que la projection de son image pouvait avoir comme incidence dans les rapports. Une photo sur Facebook, sur un CV ou sur quelque chose d’autre…n’est pas simplement anodin…cela teinte un brin…sinon plus qu’un brin parfois…dans la manière avec laquelle on se prépare l’autre dans son esprit.
      Je vous rejoins donc complètement sur ce point.
      Merci encore pour votre visite.

      • Chriss FV
        février 24, 2014

        « Pathologiques », certes, mais pas si exceptionnel en Occident…

        Oui, la photo peut révéler, outre un cliché, si j’ose dire,..une personne !
        Mais d »aucunes disent: « je n’aime pas être prise en photo, je ne suis pas photogénique ». Il convient de leur répondre: « Il n’existe pas de mauvais modèle mais il existe de mauvais photographe » comme m’avait enseigné un professeur.
        Bon, ça, c’était avant…le numérique…Photoshop…

        • Paul Armand
          février 24, 2014

          « il n’existe pas de mauvais modèle, il n’existe que de mauvais photographes »…c’est exactement cela ma réponse….Même si je dois reconnaitre que photoshop est un bon backing y compris pour les mauvais photographes avec de la bonne volonté…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :