J’ai eu un mentor, le Dr Mbarga Mengue Thaddée

Sur lui, j’ai envie d’écrire plus qu’un article. Mais tout un livre ne suffirait pas à signifier ce que ce grand homme aura été pour moi et pour d’autres jeunes qu’il a encadré. Ce n’est pas seulement un hommage que je veux lui rendre, mais aussi une démarche rare que je souhaite mettre en exergue.

Je me souviens de la première fois que je l’ai connu…il devait alors nous donner notre cours de neurophysiologie, en deuxième année de psychologie. C’était déjà un vieillard, autour de 80 ans. Il avait un accent particulier, un Français avalé par l’Allemand qui faisait que les étudiants prenaient un malin plaisir à se moquer de lui. Pourtant tout de suite, cet homme d’un certain âge se démarquait par une chose extraordinaire : une connaissance chirurgicale. Je crois que c’est la personne la plus savante que le Cameroun ait jamais eue ces 50 dernières années…mais cela n’engage que moi. Son cours de phénoménologie m’avait semblé bien étrange au départ…aujourd’hui, j’ai le sentiment qu’on ne peut pas être psychologue si on n’est pas un passé par la phénoménologie et si on n’a pas pratiqué un peu de Husserl.

Notre véritable contact personnel s’est fait justement au travers de mon intérêt pour la phénoménologie et plus tard, pour la psychanalyse au point où il m’a engagé dans une requête auprès de l’ordre suisse des psychanalystes  dont il était membre afin que je puisse suivre un cursus de psychanalyse avec lui. J’étais cependant trop jeune. Et il se doutait bien que je ne serais pas accepté à cause de mon âge…Nous avons cependant engagé une relation plus suivie. Entre temps, Celestin, un ami proche s’était également lié à lui…bref, il devenait pour nous, la référence en psychologie qui nous manquait.

Il avait été médecin, psychiatre, psychologue, psychanalyste, philosophe…tout ce qu’il faut pour former un psychologue dans un environnement où l’encadrement académique est souvent peu évident.

Finalement le prof est devenu l’encadreur et plus tard le mentor qui m’aura énormément apporté.

La première chose je pense est mon penchant analytique plutôt freudien. Le Dr Mbarga était un freudien clair même s’il avait été un élève de Piaget qu’il a eu la chance de connaître comme son enseignant en suisse. Et finalement, cette approche freudienne des phénomènes est quelque chose héritée de lui alors même que je me suis spécialisé en organisation, sous son encouragement.

L’autre chose est aussi la relativisation et la rationalisation des processus psychologiques. Je me souviens par exemple de ce fameux cours sur l’émotion qui a changé ma perception d’un concept comme les sentiments. Je me souviens aussi de ses cours sur l’essence et les phénomènes qui ont changé mon approche analytique.

J’ai aussi appris du Dr Mbarga une certaine rigueur méthodologique…qu’il m’arrive de violer très allègrement dans ce blog…je le confesse.

Sur le plan personnel, le Dr Mbarga a également été un mentor particulier. Je me souviens que de retour d’une de mes expériences professionnelles, alors que j’étais abattu et dépassé, je suis allé le rencontrer dans la clinique où il officiait comme psychologue pour un de ces rares moments de partage que j’avais avec lui. Après m’avoir écouté avec calme, il m’a répondu « Tu sais, dans la vie professionnelle, soit on est exploité, soit on exploite. Il faudra que tu choisisses ce que tu veux pour toi ».  Cela m’’avait relevé pour de bon d’une démarche qui aurait pu être faite de plaintes et de négativisme.

C’est aussi lui qui m’a encouragé à poursuivre une carrière internationale au cours d’un long moment que nous avions passé ensemble à discuter…et malgré mes envies de rester et de m’engager en politique…il avait une analyse claire. « Ce n’est pas le moment. Il vaut mieux que tu partes avec ta famille. Tu verras si tu dois revenir et si tu dois t’engager plus tard »…quelques mois plus tard, j’ai dû être ramené à comprendre ses paroles et à faire le choix d’une carrière internationale.

Il y’a des choses plus personnelles encore et dont on ne peut parler sur un blog, mais c’est extraordinaire ce qu’une personne comme lui a pu avoir comme impact sur moi et je dis juste merci d’avoir eu l’honneur de sa sagesse d’ancien et de son intelligence hors norme.

Mais oui, j’ai eu la chance d’avoir un mentor de cette qualité.

No Comments Yet.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :