Petite escapade au BantuHub de Brazzaville

De passage à Brazzaville, je n’ai malheureusement pas pu rencontrer Verone Mankou, le très populaire PDG de VMK. Des agendas pas complémentaires étaient la cause. Verone a cependant eu la bonne idée de me recommander de visiter le BantuHub, ce que je n’ai pas manqué de faire. Voici ce que j’en pense.

Je dois dire que j’étais hésitant. Mon agenda s’était révélé extrêmement chargé et je n’étais pas certain d’avoir un moment pour finalement aller découvrir ce fameux BantuHub sur lequel j’avais lu quelques articles, dont celui écrit par Verone lui-même. Je me souviens encore très bien du commentaire qui m’avait le plus amusé, celui de ce personnage qui prétendait être le détenteur du concept de hub…qui existe depuis plus d’une dizaine d’années ailleurs…simplement parce que quelqu’un d’autre qui n’était pas lui le mettait en œuvre…Oui, la petitesse sera toujours sur les bords de rue du parcours de la grandeur.

Bon, j’ai donc finalement décidé de réaliser un premier rêve au cas où je n’aurais pas assez de temps pour aller au Hub : acheter mon Elikia. Dans le point de vente VMK, de jeunes jolies dames m’accueillent et pendant que je me fais présenter l’offre, j’essaie de savoir où se trouve le BantuHub. Consternation, personne ne voit de quoi je parle…Un vendeur plus hardi essaie par contre de m’expliquer qu’il y’a Internet sur le Elikia J . Je me fais apprêter mon Elikia tout en insistant sur ce fameux BantuHub et finalement de l’étage, un jeune homme descend et se propose d’indiquer à mon chauffeur comment se rendre au Hub : Ouf ! J’ai mon Elikia, l’adresse du Hub et le numéro de téléphone de la personne en charge des relations extérieurs…

Un coup de fil m’annonce que mon vol aura du retard et donc, cette fois, je décide de foncer au Hub même si c’est pour quelques minutes. Sur place, ce n’est pas vraiment ce que j’attendais…D’ailleurs la Boutique VMK aussi n’était pas ce que j’attendais. Et c’est ma première découverte. VMK n’est pas la toute puissante milliardaire entreprise que l’on peut imaginer. Si son PDG soigne sa propre image et celle de tous ses projets, c’est en réalité un Africain qui a les difficultés des autres. Il se bat avec les moyens de bord. La différence, il garde la tête haute et focalise le monde sur ses succès plutôt que sur ses difficultés. De loin et au vu de l’image de marque que véhicule Verone Mankou, on aurait pu s’attendre à des bureaux tout en verre, marbrés, et des meubles toujours flambants neufs…avec un personnel toujours tirés à quatre épingles. Non, Ce n’est pas tout à fait ca. L’entreprise se bat et fait avec les moyens qui sont les siens. Je n’ai pourtant jamais vu une plainte sur les conditions de son contexte, sur le manque de moyens financiers ou sur quoi que ce soit venant du jeune prodige…ce qui est bien souvent la première chose qu’affichent plusieurs entrepreneurs vivant en Afrique. Oui, la petitesse encore une fois…ne fait pas son lit sur les chemins de la grandeur.

Le Hub est simple. Il ne ressemble pas aux cadres vitrés ultra modernes que l’on peut voir ailleurs, mais il est résolument assis sur ce qui est important : la fonctionnalité. Et ici, tout est fonctionnel. 02 salles avec une vingtaine de postes de travail ; une salle de réunion avec vidéo conférence ; une grande salle de travail, cuisine, réception, espace lecture, etc. Tout y est et tout marche. Tout y est maintenu avec soin et dévouement. Ici, je découvre le coworking mis en œuvre au-delà des articles et des écrits : il fonctionne.

Le Bantu Hub que je découvre est un véritable outil pour l’entreprenariat et pour l’innovation et il ne s’agit pas que de théorie. Brazzaville dispose d’un vrai espace soutenu par une vraie vision, le seul qui aie une dimension aussi claire et aussi opérationnelle dans toute l’Afrique Centrale…et du coup, je commence à avoir des inquiétudes…Combien de jeunes sauront-ils saisir cette opportunité pour faire les choses différemment ?

Je m’inquiète aussi de la tendance Lab du Hub…Les Labs que j’ai vu en Afrique francophone ne m’ont encore rien prouvé et je doute beaucoup qu’ils soient d’un grand apport même dans les toutes prochaines années…Même au Sénégal où se trouve celui qui m’inspire le plus, il y’a encore pas mal de travail pour faire émerger des utilisateurs capables d’en faire de véritables outils pour l’innovation. Le Hub est encore un Hub, mais la mode Labs me semble toute proche….

Mais bon, les paroles de Fabrice, Coordonnateur du Hub visent à me rassurer. L’espace commence à se découvrir et des gens commencent à le fréquenter. Pour doper d’ailleurs tout cela, des conférences régulières animées par des hommes de terrain et d’expérience se multiplient pour mettre sur la voie de l’excellence les jeunes qui viendraient à fréquenter le Hub. Des concepts comme les « Startup talk », ou encore les « contests » sont autant de moyens de dynamiser le Hub. Je me fais une promesse personnelle, je viendrais animer quelques ateliers dans cet espace.

Dans une trentaine de minutes, mon avion décolle…je n’ai pas le temps d’avoir toutes mes idées en place ni de passer plus de temps au Hub…je dois partir…avec sur le perron, le beau sourire de Lauriane, la jolie chargée de communications avec qui je me je promets (une autre promesse) de garder le contact.

6 Comments
  • rodmacqp
    juin 9, 2014

    Merci pour ce témoignage Paul ! Même rapide … Au moins ça a l’air d’avoir de la consistance. A suivre …

    • Paul Armand
      juin 9, 2014

      Merci Pascal. C’est en effet une expérience à suivre. J’ai meme l’intention d’y participer…Mais tout ca se définira sous peu.
      Salutations.

  • someone
    juin 9, 2014

    Wahou heureusement que vous aviez rencontré ce jeune dans les escaliers…sinon pas d’escapade au #Bantuhub

    • Paul Armand
      juin 9, 2014

      En effet…Et dire que j’ai oublié le nom de cet hardi jeune homme.

  • ariel
    juin 11, 2014

    merci Paul Armand de nous partager cette journée, à vrai dire je trouve normal cet état de fait « les Labs que j’ai vu en Afrique francophone ne m’ont encore rien prouvé et je doute beaucoup qu’ils soient d’un grand apport même dans les toutes prochaines années(…) » vu que la culture startup n’est pas ancrée dans nos milieux. mais à la différence de toi par contre j’estime que la mayonnaise est entrain de prendre surtout que de plus en plus de gouvernements prennent conscience de l’importance de ces structures pour l’innovation, voire pour employer un mot à la mode « l’émergence ».

    • Paul Armand
      juin 12, 2014

      Bonjour Ariel,
      Je fais une différence claire entre un Labs et un Hub pour éviter la confusion avec les FabLabs. En fait, les FabLabs sont la première expérience de labs qui a voulu se développer en Afrique francophone avant que les limites évidentes du déploiement du concept ne se révèlent. Aujourd’hui encore, les Labs qui existent sont pour la plupart des FabLabs même si la tendance change et en grande partie grâce au projet sénégalais JokkoLabs qui aura mis l’accent sur la fonction Hub d’un Lab plutôt que sur sa fonction FabLab et qui aura étendu son réseau de Labs dans plusieurs pays.
      Si les choses continuent dans ce sens et tu as raison de penser que c’est ce qui devrait se passer, on devrait avoir un peu d’espoir.
      Mais il ne faut pas oublier les leçons du passé. Avant ces Hub/Labs, il y’a eu une multitude de projets dits de pépinières d’entreprises qui ont fait émerger peu de grands projets…et qui ont fini par disparaitre progressivement…Bref, je reviens sur le sujet dans un article.
      Merci.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :