Ma rude aventure de CV

Mon existence de CV est un long parcours de combattant dans lequel beaucoup tombent le long du chemin. Quelquefois derrière vos ordinateurs vous ne le réalisez pas. J’ai donc décidé de vous partager une de mes aventures pleine de rebondissements, de stress et d’inquiétude permanente.Il est 10 h du matin. Jean, mon géniteur vient d’apposer sa signature sur moi. Il pense que je suis tout beau et tout merveilleux. Mais je pense moi qu’il n’a pas passé assez de temps sur moi et j’ai quelques inquiétudes. Je vois encore le « s » ajouté à un mot singulier et quelques tournures de conjugaison plutôt bien particulières. J’espère que personne ne les remarquera. Je vois surtout ces longues phrases que moi-même je ne comprends pas…Mais bon, si Jean estime que ça va, on va juste croiser les doigts. A côté de moi, une belle lettre de motivation d’une page…quand moi-même j’en ai 02. Ça devrait aller…

Nous sommes 04 jours plus tard. J’ai été déposé comme réponse à l’annonce d’un poste de gestionnaire comptable dans une entreprise. La jeune fille qui nous sort des enveloppes s’appelle Martine. Elle est stagiaire. Son patron, l’adjoint du chef aux ressources humaines lui a demandé de faire le dépouillement, de nous enregistrer et de faire des copies de chacun de nous. Martine est un peu fatiguée, depuis le matin, elle est dessus. Nous sommes plus de 200 et moi avec mes deux pages, je suis un maigrichon à cause des molosses de 10 pages. Tout cela irrite la jeune fille qui en plus a du mal à trouver certaines informations. Par exemple pour le nombre d’années d’expériences, certains CV à force de bavarder ne sont pas clairs dessus. Il y’en a même qui n’ont pas les contacts de leur propriétaire. Elle ne se gêne pas pour les mettre à la poubelle. Elle ne veut surtout pas à avoir à faire de longues explications à son acariâtre patronne.

Alors qu’elle est presqu’à la fin de ce dépouillement, le tout puissant patron des ressources humaines apparait. Il demande que les dossiers lui soient présentés aujourd’hui. Sa sous-chef tout sourire répond « Oui patron », mais elle a d’autres choses à faire. La pauvre Martine doit s’activer. Elle panique. Elle y va plus rapidement…tous les CV de plus de 4 pages l’énerve et elle n’écrit que ce qu’elle a retenu au bout des deux premières pages….Puis vient l’heure de la photocopie…Martine est de plus en plus stressée…sa chef vient de l’appeler pour lui dire qu’elle veut avoir tous les dossiers à 18 heures dans son bureau et il est 16h30. Martine s’en mêle un peu les pédales et mélange quelques-uns d’entre nous…

J’ai pitié du CV « Maurice Etienne »…il s’est retrouvé avec les pages de « Martin Noko »…Martine ne s’en est pas rendue compte…Mais ouf…17h40, les copies sont terminées. Elle nous ramasse tous et au moment de se retourner pour classer quelques autres pour lesquels elle ne savait plus où elle les avait pris….voilà le gros du lot qui tombe.

Martine panique au paroxysme. Cette fois avec un grand P. Elle ramasse tous ceux qu’elle peut aussi vite qu’elle peut. Ouf, il est 17h56 et elle a fait ce qu’elle a pu. Mais en revérifiant les classements de ceux qui avaient le plus de problème, elle réalise que les dossiers sont mélangés et là, elle est complètement perdue. Que va-t-elle faire de Page 2 du CV Marion Teri ? Elle ne peut bien sûr pas présenter ca à la chef qui va la bouffer toute crue….Allez, à la poubelle. Une dizaines de pages de divers CV subiront le même sort…

A 18h05, Martine dépose l’ensemble des dossiers. La sous-chef répond avec une petite brimade, mais Martine s’en est bien sortie…Pour nous l’aventure continue.

La sous-chef revérifie les dossiers avec la liste de Martine. Elle remarque les pages absentes et quelques dossiers mélangés. Elle regarde les noms, ne les connait pas…et les mets de côté. Je plains tous ceux qui ont eu plus de deux pages…c’est le deuil national en leur sein…

Elle revérifie enfin les dossiers restant avec la liste fournie par Martine…et va les déposer auprès du grand boss des ressources humaines. Dieu merci, je suis toujours dans la course et nous ne sommes plus que 50 qui avons passé ces premiers soubresauts.

Il est 08h du matin. Le lendemain de notre folle journée avec Martine. Le chef lui-même vient de prendre place. Il est en réalité lui-même sous pression parce qu’il doit proposer trois noms avant midi pour des interviews. Il n’a pas de candidat et personne ne s’est fait recommander. Bonne nouvelle donc pour moi et mes 49 adversaires. Mais bon, nous ne savons pas à quelle sauce nous allons être mangés ce matin…Je regarde au travers des yeux du patron qui lorgne avec une certaine anxiété cette pile de dossiers…allez, il se lance.

Il commence par regarder chaque dossier. C’est un poste de chef comptable. Il commence par regarder les professions. Je vérifie bien chez moi…c’est bel et bien marqué : Jean Poulo, comptable expérimenté, 8 ans d’expérience…Les autres ont moins de chance…leur propriétaire n’a pas pensé pertinent d’écrire de manière lisible le métier…ils seront tous balayés de la main quand au bout de quelque secondes, le chef ne voit pas clairement transparaitre cela…Nous ne sommes plus que 30 au bout du compte. Le chef cette fois regarde le nombre d’années d’expériences et les diplômes…tous ceux qui n’ont pas précisé les noms des universités et les activités concrètes qu’ils réalisaient sont également de côté….Nous ne sommes plus que 23….tous désormais extrêmement anxieux.

Le chef regarde maintenant nos connaissances informatiques…et soudain, je suis pris de peur…Mon proprio a bien mis les noms de quelques logiciels avec lesquels il a travaillé, mais il y’en a un qu’il n’a pas mentionné….je tremble de panique….et hop…il est sur moi après quelques minutes chez d’autres…Dieu merci, je passe le cap…avec 20 autres. Ça devient serré et il est 11 heures. Il ne sait plus quoi faire étant donné qu’il doit déposer les dossiers avec un rapport.

Hop, il allume son ordinateur…puis il revient à nous. Pas possible !!! Il compte les fautes….Ah, cette fois, je suis mort ! Qu’est-ce que recrutement où pour un comptable on regarde les fautes…Mais bon, le boss s’en fout, il doit rendre son rapport. Il n’a pas pris le temps de faire le job comme il fallait et il est désormais pris par le temps, sans aucune possibilité de faire des excuses…Cette fois, c’est la catastrophe pour nous…15 vont être mis de côté…quant à moi….je suis…toujours dans la course…

Finalement il décide de nous retenir tous les six pour les interviews et tests en proposant une première liste de trois et une liste subsidiaire de trois autres…je me suis retrouvé dans la liste subsidiaire…parce qu’il a jugé que mon CV n’était pas assez bien présenté.

Ah, si vous pouviez savoir dans quelle situation vous nous mettez souvent…vous prendriez mieux le temps d’écrire vos CV.

No Comments Yet.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :