Comment se préparer pour travailler dans les organisations internationales ?

Voici une question qui m’a très souvent été posée. Je vais dans cet article, essayer d’apporter quelques pistes de réponses. Il ne s’agit bien évidemment pas de formules magiques…Mais vous allez vous rendre compte qu’il y’a un minimum de travail, d’organisation personnelle, de prérequis. Il faut savoir ce qui est faisable et ce qui ne l’est pas et comment structurer son ambition. Encore une fois, cet article n’est pas une recette magique, juste quelques tuyaux tirés de l’expérience de quelques personnes qui ont fait leur chemin dans les univers des organisations internationales.

Vous voulez travailler dans une organisation internationale ? Union Africaine, Nations Unies,  Francophonie, autres Organismes de coopération, Organisations non gouvernementales internationales ou alors entreprises privées internationales ? Commencez donc par créer les conditions les plus favorables.

Mettez-vous dans le bon esprit

Je pense que la première chose qu’il faut commencer à faire, c’est de tordre le cou aux préjugés. L’accès à l’univers des organisations internationales n’est pas lié à ce qu’on y connaît quelqu’un, qu’on appartienne à des cercles ou que l’on verse dans quelques compromissions. Le point de départ doit être clair. Si l’on veut travailler dans cet univers-là, il faut se dire que l’on peut très bien faire son propre chemin uniquement avec un bagage conséquent en main. Aussi simple que cela puisse paraître, pratiquement toutes les personnes qui travaillent dans cet environnement ont simplement postulé, mis en valeur leurs compétences et obtenu par un processus compétitif et transparent les positions qu’ils ont actuellement.

Elles y sont simplement parce qu’elles ont cultivé les compétences et les qualités qui les permettent d’y être.

Le bon esprit, c’est que si d’autres ont pu y arriver vous pouvez aussi. Vous n’avez pas à vous embrouiller et à vous tromper vous-même avec des excuses et des justifications a priori.

Prenez le temps de comprendre l’environnement des organisations internationales

Lisez tout ce qui peut vous renseigner sur le fonctionnement, la structure, les valeurs et les missions de ces organisations. Soyez capables par exemple de faire la différence entre Francophonie et OIF ou encore la différence entre Organisation des Nations Unies et Programme des Nations Unies pour le Développement. Faites la différence entre ONG internationale et organisme international. Et des exemples comme ça peuvent être multipliés à l’infini. Laissez votre curiosité accéder à cet univers et à sa manière de fonctionner. Mieux vous en saurez, mieux vous mettrez quelques chances de votre côté.

Une petite astuce qui peut vous aider ici est de vous lier d’amitié avec des gens qui sont déjà dans cet univers. Pour cela, pas besoin d’avoir son frère ou sa sœur qui y travaille. LinkedIn peut résoudre votre problème. Vous pouvez y trouver des bons profils (éviter les profils trop élevés qui n’auront pas le temps de vous répondre) et essayer d’engager la conversation. Il y’en a beaucoup qui sont engagés dans le coaching et qui seront disposés à vous accorder un peu de temps…attention, vous devez obtenir leur permission pour les contacter et en conséquent, faire un premier message ou vous indiquez clairement vos intentions est primordial.

Soyez vraiment bon

En règle générale, les organisations internationales, tout comme d’ailleurs les entreprises internationales, recrutent les meilleures expertises possibles. Et comme Morpheus le disait a Neo (Vous avez regardé Matrix j’espère) : On n’est pas le meilleur quand on le croit, mais quand on le sait ». Cela requiert énormément de travail sur soi, énormément de temps pour exercer ses capacités. Vous devez donc prendre le temps de pratiquer, d’avoir de l’expérience. Vous devez prendre le temps de vous construire…et pendant que vous êtes dans vos études et pendant vos premières expériences professionnelles. Si vous courrez après l’argent, vous avez très souvent peu de chances d’y arriver parce que la recherche de l’argent surtout en tout début de carrière, dévie souvent des choses essentielles. Il est important que vous arriviez à un stade où vous avez développé la capacité de savoir aller loin dans les questions techniques.

Je ne dis pas qu’il faut tout savoir ou que l’expérience internationale n’est accessible qu’a des personnes âgées…je dis simplement qu’elle est surtout accessible à ceux qui cultivent des compétences de fond. J’ai rencontré des jeunes qui ont eu accès à l’expérience internationale…et cela s’est vite arrêté…très souvent parce qu’ils y sont arrivés sans avoir la capacité de tenir. Ne faites pas cette erreur. Cultivez vos compétences dans vos expériences actuelles. Démarquez-vous dès maintenant…pas seulement devant votre propre ego…mais surtout face aux situations concrètes. Comment savoir qu’on est vraiment bon ? Ayez de vrais résultats au-dessus de l’ordinaire.

Cultivez les petits plus

Apprenez par exemple une seconde, voire une troisième langue. Faites une formation spécialisée sur un sujet qui peut intéresser l’environnement des organisations internationales (gestion de projets, droits de l’homme, etc.). Voyagez, apprenez à découvrir des cultures différentes de la vôtre. Commencez par votre propre pays…et ensuite allez dans les pays voisins…même si c’est par la route. Très souvent ces choses sont à portée, mais nous n’osons juste pas nous engager.

1 Comment
  • Salif
    mai 3, 2017

    Je trouve cet article vraiment riche et pratique. Merci pour le partage

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :