Influence et manipulation sur les réseaux sociaux

Aujourd’hui, je voudrais aborder la question de l’influence et de la manipulation sur les réseaux sociaux. Je souhaite dans un premier temps faire la différence entre les deux concepts. Ensuite, je vais tenter d’analyser en particulier comment la manipulation fonctionne.

Influence et manipulations ne signifient pas la même chose sur les réseaux sociaux. Il s’agit tous d’actes délibérés, pensés, mais qui suivent chacun une logique spécifique pour chacun d’eux.

Le concept d’influence dans l’espace digital

L’influence repose avant tout sur un schéma dévoilé. Celui qui influence est plus ou moins connu et l’objet d’influence est clair. Par exemple, une entreprise qui souhaite booster ses ventes lance une campagne pour influencer des acheteurs potentiels. On sait qui influence, ce qu’il veut et on a donc le choix. L’influence reposera donc sur une certaine capacité à convaincre tant sur les plans du contenu que des contenants de communication. A la base, le marketing digital repose essentiellement sur l’influence, même s’il faut dire que le glissement vers la manipulation est de plus en plus observable. Beaucoup d’institutions restent sur l’influence encore, en proposant des contenus sur lesquels le public cible peut objectivement se donner du recul.

La manipulation sur les réseaux sociaux, un concept plus retors

A l’inverse, la manipulation est contournée. Il s’agit de trouver le moyen de vous faire arriver à un but sans que vous n’ayez vraiment l’opportunité de vous faire vous-même votre idée. Je continue de penser qu’on peut se faire soi-même son idée de tout. Mais il faut reconnaître que les techniques de manipulations sont de plus en plus violentes. Elles laissent de moins en moins de marge aux individus, bafouant parfois les règles fondamentales de l’éthique.

Trolling et les bots

C’est le classique numéro un. Une information est fabriquée et ensuite diffusée par un système qui multiplie les utilisateurs (au travers de faux profils). Le bot anime ainsi l’information et attire les individus qui croient qu’ils participent a quelque chose de général. A la réalité, ce sont eux qui vont donner un caractère général au phénomène.

Je vais illustrer cela de manière concrète. Un individu (le troll) lance une information ou un slogan par exemple sur Facebook. Ses faux profils (des bots) viennent et commentent. Si vous avez une dizaine de faux profils, cela fait une dizaine de commentaires qui laissent l’impression d’une vraie discussion. Des vrais profils viennent se joindre à la discussion, amplifient en reprenant l’information, jusqu’à ce que celle-ci soit diffuse à un public plus large. Vous ne réalisez pas ici que vous entrez dans une discussion fabriquée de toutes pièces pour des objectifs que vous ne maîtrisez pas…mais vous êtes déjà partie prenante de la thèse ou de l’objectif que le troll cible.

Fake News

Il y’a peu de manipulations sur les réseaux sociaux qui n’impliquent pas les Fake News. C’est-à-dire des informations fausses que l’on essaye délibérément de faire passer pour vrai. Et très souvent, plus c’est gros, plus ça passe. J’ai suivi lors des élections présidentielles au Cameroun l’année dernière. Des adversaires d’un parti politique essayant par exemple de détruire un concurrent en publiant un collage de photos d’immeubles qu’ils ont essayé de faire passer pour ses nouvelles acquisitions à la suite d’un pacte avec le régime en place. C’est d’ailleurs une technique qui est régulièrement utilisée dans les contextes politiques et dans d’autres d’ailleurs.

Mais les Fake News ne concernent pas que les élections. Elles s’utilisent même à petite échelle. Déformation de statistiques. Rumeurs transformées en informations. Falsifications historiques. Bref, une série de faux que l’on essaye de faire passer pour vrai.

Astroturfing

Je vais citer ici un extrait de l’article de Agathe Auproux dans les Inrockuptibles, ou elle fait elle-même parler Fabrice Epelboin, enseignant à Sciences Po, Paris.

L’astroturfing englobe l’ensemble des techniques – manuelles ou algorithmiques – permettant de simuler l’activité d’une foule dans un réseau social. On peut commencer à parler d’astroturfing quand plusieurs personnes interagissent de concert et sans dévoiler leur connivence dans un même fil de discussion, pour tromper ceux qui ne sont pas dans le secret. Mais l’astroturfing implique le plus souvent des identités créées de toutes pièces, destinées à mettre en scène des phénomènes de foule dans un environnement tel que Facebook, de façon à influencer la perception des utilisateurs de la plateforme ou à donner plus de visibilité à un sujet, en fabriquant de façon artificielle sa popularité.

Fabrice Ebelpoin

On pourrait continuer comme cela à citer des techniques et je vous propose cet article qui en parle de manière plus extensive. Vous verrez en l’occurence que des outils informatiques sont souvent utilisés pour ces manipulations.

Nous allons continuer dans un prochain article a comprendre pourquoi l’influence et la manipulation sur les réseaux sociaux fonctionnent.

No Comments Yet.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :